Cadre de dialogue citoyen de Sabcé : les taxes se paient désormais le sourire aux lèvres

Sawadogo Sayouba, président CDC

La commune de Sabcé dans la province du Bam, région du Centre-Nord, est bénéficiaire du programme de renforcement de la gouvernance locale et du contrôle citoyen au Burkina Faso, financé par l´Ambassade du Danemark. Avec l’appui de ce programme, le Cadre du dialogue citoyen (CDC) a réussi à créer une nouvelle dynamique dans la perception que la population a de l’acquittement des taxes et impôts.

Le jour du marché de Sabcé, l’ambiance est bon enfant. C’est dans ce climat que Sawadogo Boureima, agent collecteur au marché de Sabcé, membre du Cadre de dialogue citoyen (CDC), parcourt les hangars pour collecter les taxes. Contrairement à quelques années en arrière, aujourd’hui, les commerçants paient leurs taxes, le sourire aux lèvres. « Aujourd’hui, les gens paient leurs taxes sans attendre une quelconque convocation. Dans le marché, de plus en plus de commerçants n’attendent même pas que je leur tende mon petit bout de papier avant de me tendre l’argent. Il faut dire que de plus en plus, les commerçants savent que c’est avec les taxes qu’on construit la commune ». Ce changement de perception vis-à-vis des taxes et impôts au sein des contribuables, a bien une explication. « La population a été sensibilisée, à travers des théâtres forum et des émissions radiophoniques, sur sa participation et son implication dans le développement de la commune, notamment en payant les taxes et impôts », a témoigné l’agent collecteur, Sawadogo Boureima. Depuis trois ans qu’il a été créé, le CDC mène des activités de sensibilisation des populations en matière de développement local. Conséquence, la commune de Sabcé voit ses recettes propres en nette augmentation.

Le CDC supervise les différents chantiers de réalisation d’infrastructures

« Sabcé est une commune minière et beaucoup d’activités s’y mènent. Nous sommes amenés à faire en sorte que ces activités de développement soient bien faites et dans l’intérêt supérieur des populations de notre commune », a expliqué Sawadogo Sayouba, président CDC et vice-président du Réseau national des populations des communes minières du Burkina Faso. A l’écouter, le CDC supervise les différents chantiers de réalisation d’infrastructures. Il donne son avis sur plusieurs domaines dont celui de la qualité des infrastructures à réaliser. Selon Sawadogo Kelesseyan, conseiller municipal, « le CDC est intervenu pour faire corriger certains travaux ». C’est le cas pour la réalisation des fosses, du laboratoire, des hangars des boutiques et d’une salle polyvalente de 366 places. Dans leurs interventions, les membres du CDC alertent l’autorité communales dès qu’ils constatent des anomalies dans les travaux. De même, ils veillent au grain pour s’assurer de la bonne utilisation du fonds minier de développement dont bénéficie la commune.

Grâce aux sensibilisations, l’on assiste à des changements de comportement dans plusieurs secteurs d’activités. Dans le CSPS de la commune par exemple, les patients bénéficient de plus en plus d’un bon accueil de la part des agents de santé. Les élèves qui abandonnaient l’école pour les sites d’orpaillage, sont de plus en plus habités par la raison. C’est l’exemple de Diallo Zacharia, ex- orpailleur dont le témoignage représente un cas d’école : « J’ai abandonné l’école pour aller sur un site d’orpaillage parce que j’ai vu des jeunes qui ont eu beaucoup d’argent dans l’orpaillage. Quand je suis arrivé, je me suis rendu compte qu’il ne fallait pas abandonner l’école pour aller chercher l’or. Même si tu gagnes l’argent dans l’or, il ne peut pas t’être utile pour toujours. Tout le contraire de l’école. L’orpaillage n’est pas un lieu pour des élèves. C’est grâce aux différentes sensibilisations que j’ai pu quitter l’orpaillage. Actuellement, je fais la classe de 5e».

Près de 400 femmes ont bénéficié d’un financement de 10 millions de F CFA

Au niveau des femmes, les plaidoyers faits par le CDC permettent d’ouvrir des portes. En effet, près de 400 femmes ont bénéficié d’un financement de 10 millions de F CFA de la part de Bissa Gold pour mener des activités génératrices de revenus (AGR). « Cet argent est destiné à investir dans nos activités génératrices de revenus et doit être remboursée au bout d’une année. Pour mon cas personnel, ce prêt m’a rendu énormément service dans mon activité. Je voudrais profiter dire merci au CDC pour ce soutien. Mon souhait est que ce soutien soit reconduit et que le montant soit revu à la hausse parce qu’il y a beaucoup d’autres personnes qui sont dans le besoin », a réagi Sanfo Pascaline, dolotière au marché de Sabcé.

Pour rappel, les activités du CDC rentrent dans le cadre de la mise en œuvre du programme de renforcement de la gouvernance locale et du contrôle citoyen au Burkina Faso, financé par l´Ambassade du Danemark. Ce programme dont le volet opérationnel a été confié à Oxfam et ses partenaires associatifs que sont le Secrétaire Permanent des ONG (SPONG), l´Organisation pour le Renforcement des Capacités de Développement (ORCADE) et la Coalition Burkinabè pour les Droits de la Femme (CBDF), « vise la promotion d’une citoyenneté active pour la réduction des inégalités de manière progressive et inclusive est promue en créant et utilisant d’espaces dans lesquels les citoyennes et citoyens exercent leurs droits afin d’influencer et contrôler l’augmentation des ressources pour les dépenses au profit de services publics de qualité, de systèmes fiscaux responsables, d’une mobilisation des revenus, en introduisant et en construisant des changements sociaux ». Les communes cibles sont Bama, Kaya, Sabcé, Tenkodogo, Koubri, Satiri, Réo, Manga et Saponé.